animal-rights-487029_960_720

Je tchattais dernièrement avec un ami qui me disait que tous les mots finissant par « isme » comme véganisme étaient souvent de vilains mots avec un écho liberticide.

Égalité est beau, égalitarisme l’est beaucoup moins. En effet, je peux lire dans le Larousse qu’il s’agit d’ « une doctrine professant l’égalité absolue entre les hommes et cherchant à la réaliser dans les faits » . Absolu se dit de quelque chose arrivé à son degré extrême. Or pour mon ami l’extrémisme coïncide très souvent avec une négation de la liberté.

Je me suis donc demandée…

Est-ce que le véganisme est un extrémisme?

alf-487036_960_720

Le véganisme n’est, pour moi, que la forme la plus aboutie et cohérente du végétarisme. Là ou les autres voient de l’extrémisme, je vois donc de la cohérence. Au-delà des abattoirs, c’est l’ensemble de l’exploitation de l’animal qui est rejeté : élevage, laboratoires et loisirs. La ligne conductrice c’est le rejet de la domination de l’homme sur l’animal, le spécisme.

De mon point de vue, c’est notre société actuelle qui me parait être extrême: abattage, inséminations artificielles qui ne sont rien d’autres que des viols, meurtres des nouveaux-nés afin que les femelles donnent du lait.

Le véganisme me semble tellement sage à côté de ce que la société nous propose. Le véganisme respecte la nature au lieu de l’exploiter. Est-il vraiment légitime de parler d’extrémisme quand on regarde les choses sous cet angle?

Il est certainement liberticide dans le sens où le véganisme suppose de s’interdire de consommer certains produits ou d’acheter certains types de biens.  Mais ce qu’on applique entre nous est valable aussi pour chaque être vivant de cette planète… A mon sens, la liberté de chacun s’arrête là où celle des autres commencent en ce compris celle de l’animal. Chaque jour nous limitons nos libertés pour préserver des intérêts supérieurs sans même nous en rendre compte. Je pense juste de considérer que la vie d’êtres sensibles est un intérêt supérieur.

En réfléchissant de la sorte, je ne trouve ma démarche, en aucun cas, extrême, je la trouve même raisonnable au regard de la condition animale et de l’état de l’environnement.

J’ai donc poussé la réflexion en me demandant ce qui pouvait faire dire à l’opinion publique que le véganisme est un choix extrémiste. J’ai songé aux images et aux actions des associations de protection animale, peut-être que ces actions choquent? Alors je me suis demandée…

Est-ce que les végans sont violents?

gary-yourofsky-487031_960_720

Certaines associations sont jugées violentes dans leur démarches.  Se tatouer au fer rouge, réaliser des mises en scènes sanguinolentes dans des lieux publiques sont des exemples d’action que 269 Life Libération Animale mène. Est-ce violent?

Pour ouvrir les yeux des gens il faut choquer dans le visuel, dans les propos sans qu’il soit question de violence physique . Il s’agit de stratégie pour faire naître en eux une remise en question. C’est le moyen pour les associations d’interpeller les consommateurs afin qu’ils s’arrêtent et réfléchissent à ce que à quoi ils participent quotidiennement sans en avoir conscience.

Je trouve tout à fait logique, de la part de 269 Life Libération animale, d’opter pour ce genre de stratégie. L’image a aujourd’hui une place très importante dans la société bien plus que les mots.

Il s’agit là des actions tournées vers les citoyens pour les alerter sur leur mode de consommation, mais il existe aussi les actions menées à l’égard des groupes dont l’activité même est l’exploitation animale, elles peuvent concerner les abattoirs mais aussi des lieux de loisir où les animaux sont gardés en captivité. Souvent, les activistes se mobilisent pour manifester ou même bloquer ces endroits.

Ces deux types d’actions m’apparaissent complémentaires. Sensibiliser les gens dans la rue est utile mais insuffisant. Il est nécessaire d’attaquer l’économie qui se cache derrière et donc agir sur les lieux même où le massacre des animaux se fait. 

Est-ce violent?

Ce choix de l’action directe dans leurs interventions peut être perçu comme violent en raison de la désobéissance civile qu’il suppose. En effet, au lieu de suivre le protocole, les activistes se rendent directement sur place et peuvent mettre, aux yeux de certains, le bazar.

C’est leur façon d’interpeller les politiques au lieu d’envoyer des courriers vains et passifs.

Mais, en aucun cas, ils ne s’en prennent aux biens ou aux personnes. Ils créaient seulement un conflit, un état de crise par leur présence.

Beaucoup diront qu’il existe des moyens plus pacifiques d’arriver à ses fins. Pour ma part, je pense sincèrement que c’est le conflit qui fait avancer la société et remet en question notre façon de vivre. J’ai, même, le sentiment que la rébellion doit être à la hauteur de l’injustice qui est faite pour être crédible.

Par cette attitude les activistes de la cause animale se positionnent comme une vraie force d’opposition capable de faire bouger la société.

La demi-mesure et la passivité n’ont jamais été à l’origine des grands revirements de l’histoire qui ont honoré la démocratie.

Je leur dis donc MERCI.

 

 

 

Publicités

2 réponses sur « Véganisme, un vilain mot? »

  1. C’est intéressant cette perception des « ismes »… finalement, ça ne désigne rien d’autre qu’un système d’idées, une idéologie. Le féminisme, l’humanisme, l’idéalisme, c’est des termes qui sont généralement mieux perçus (ou du moins pas forcément synonymes de violence) et finissent en isme aussi, on pourrait trouver d’autres exemples. Je me demande si derrière cette méfiance, y’a pas un rejet plus ou moins conscient de tout système d’idées un peu développé, et qui conduit à avoir des convictions fortes. J’ai parfois l’impression que ne pas avoir d’opinion bien définie est finalement bien perçu alors que sinon tu es direct un « idéologue » même lorsque tu fais des efforts pour être critique sur tes propres convictions

    J'aime

    1. C’est vrai tu as raisons, avoir des convictions trop prononcées c’est mal perçu dans nos sociétés et cela fait même un peu peur. Malheureusement j’ai le sentiment que notre pays patauge dans la demi-mesure depuis bien longtemps, incapable de prendre des vraies décisions réformistes!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s