Ces derniers temps je me suis imposée une rigueur trop importante par rapport à mon hygiène de vie et aussi mon végétalisme. C’est comme si je m’étais infligée l’obligation d’être parfaite et mon copain m’interpelle souvent sur cette pression que je me mets tout seule.
C’est comme si chaque journée de ma vie devait être rentabilisée au maximum pour des objectifs que je me pose moi-même. Si je n’ai rien fait de ma journée, j’estime que c’est une journée gâchée.
J’ai un besoin trop important de structurer mes journées, d’être productive et d’être droite dans ce que je me suis fixée.

Évidemment je suis, certaines fois, pas à la hauteur de la wonderwoman que je voudrais être. J’aimerai apprendre à prendre le temps de vivre, tout simplement.

Ce n’est pas si grave si je ne suis pas parfaite tant que je me sens bien dans ma tête et dans mon corps au quotidien.

Je peux continuer d’utiliser mes chaussures en cuir et mes pulls en laine et si j’utilise un produit qui par malheur a été testé sur les animaux, je dois relativiser.

girl-1246238_960_720

De toute façon il m’est clairement  impossible de tout contrôler et je dois en avoir conscience.

Je ne contrôle pas tous les ingrédients qui sont dans mon plat végétalien au resto, ni même ce que contient les produits pour cheveux de ma coiffeuse. Je ne contrôle pas ce que ma banque fait avec mon argent alors qu’elle finance sûrement l’exploitation animale ou l’industrie pétrolière. Je ne sais pas, non plus, la manière dont sont traités les animaux dans les films que je regarde.

J’ai été choqué dernièrement de certains commentaires concernant Mango & Salt qui la critiquait à cause de l’empreinte carbone de ses déplacements à l’étranger. J’ai trouvé ça dur de taper sur les doigts des autres dès qu’il font un petit pas de travers. Vous ne serez jamais le vegan, le protecteur de l’environnement ou qui que ce soit de parfait, et ce n’est pas ce que l’on vous demande. Le bouleversement éthique et pratique que vous avez initié dans vos vies est déjà énorme. Si tout le monde ne faisait qu’un quart de ce que vous faites, le monde se porterait bien mieux.

life-863674_960_720

J’essaye de davantage tirer d’enseignements de ma vie en Afrique. Je côtoie les africains au quotidien et bien qu’ils consomment de la viande,  ils sont quelque part plus en harmonie avec la nature que je ne le serais jamais.

Je ne veux pas continuer souffrir de vouloir que les choses soient telles que je veux qu’elle soient, et non comme elles sont. Parfois, j’ai l’impression que cela puise énormément d’énergie d’être à contre courant du monde en permanence.

Je sais que le meilleur lâcher prise consiste à accepter les choses comme elles sont. Je suis prête à accepter le fait de ne pas tout contrôler, mais je ne suis pas prête à accepter toutes les situations et à me dire qu’elles peuvent perdurer ainsi encore des décennies. Je vais donc lâcher prise, juste un peu.

 

 

 

 

Publicités

6 réponses sur « Laissons aller (un peu). »

  1. C’est compliqué parfois car on veut tout faire « bien »…on se lance corps et âme car on a des convictions. Parfois, le moindre « écart » = culpabilisation sur plusieurs jours. Le problème vient du fait que cette rigueur, c’est nous-même qui nous l’imposons….c’est pas pour les autres qu’on le fait, c’est pour nous…

    J'aime

    1. Je pense que tu as raison, y a ce besoin d’avoir des projets et des objectifs pour donner du sens à notre vie à tout prix. On veut trop lui donner du sens au point de ne plus vivre simplement… Je m’énerve quand j’agis comme ça!

      J'aime

  2. J’adhère à 100% avec ce que tu dis.
    J’ai été (et je le suis encore certainement) très dure avec moi-même et avec les autres. Autant pour le véganisme, que le zéro déchet, l’écologie, et l’éthique en général.
    J’apprends à lâcher du lest car je me sentais à cran. Vouloir bien faire et devenir une control freak, ce n’est pas le but.
    Bravo pour la sagesse que tu mets dans ta démarche, et pour tous les efforts que tu fais.

    J'aime

    1. Merci pour ton message! J’ai l’impression qu’il y a une forte tendance féminine à souffrir de trop vouloir bien faire! Les hommes seraient-ils épargnés? 🙂
      Bravo à toi aussi et je pense que ce n’est pas rien de s’attarder sur les changements que l’on a déjà entrepris et d’en être fière. Apprenons à nous focaliser sur le positif!

      J'aime

  3. Je me reconnais tellement dans ce que tu écris ! J’essaie de faire des efforts pour lâcher prise, mais j’ai du mal. Je suis toujours investi dans plein de choses et pourtant je me dis que ces derniers temps ce n’était pas assez car j’ai dépensé mon énergie dans des projets personnels. Je culpabilise aussi pour le voyage que je fais en septembre parce qu’on m’a aussi fait des remarques… Bref. Cela m’a fait du bien de te lire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s