Le monde n’offre aucun idéal digne de ce nom aujourd’hui. C’est mon constat  quand j’observe autour de moi.

Avant, et toujours dans certaines parties du monde, la religion est une sorte d’idéal auquel on se dévoue corps et âme chaque jours de la semaine. La politique a, un temps, jouer aussi ce rôle d’idéal et je pense particulièrement à la génération Mitterrand quand j’écris ces mots. Je la retrouve encore un peu aujourd’hui quand j’observe la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Le seul idéal que je pourrais trouver avec tristesse et certitude, de nos jours, est consommer ou plutôt posséder. Le capitalisme a formaté notre système de penser mais notre façon de vivre aujourd’hui. Toujours plus de confort, de rapidité nous offrant des plaisirs éphémères et superficiels.

Certains pensent sortir du lot en achetant plus intelligemment, des produits bios, écologiques, verts, veganes, respectueux de la planète ou tout ce que vous voudrez mais ça ne change pas grand chose. Une société de consommation verte reste une société de consommation.

Je me permets de critiquer mais force est de dire que je n’ai pas d’idéal à proposer en échange et j’admire ceux qui se livre à la construction de vrais villages alternatifs faisant honneur aux valeurs de liberté et égalité que l’on continue d’écrire sur le papier.  Anticapitaliste et anti-consumériste, ils ont fait le choix de vivre sans argent.

water-1209074_960_720

Je ne pense pas que nous soyons une génération manquée juste un peu paumée, et surtout, plus manipulée que jamais. Parvenir à savoir qui l’on est, est devenu de plus en plus compliqué…

Je ne suis d’ailleurs parvenue à avoir du recul sur ma propre vie qu’en partant, me permettant alors de voir ma société française d’un peu plus loin et de me forger un regard critique.

Cherchons ailleurs, c’est juste l’invitation à plus d’ambition dans nos vies. Plus de profondeur, d’authenticité qui passe indéniablement par un changement de nos comportements pour devenir les maîtres de nos vies et pas seulement les clients de la société.

Pour moi, comme je l’ai dis, le premier pas a été de partir tout simplement. Car bien que, la démocratie soit le système le plus protecteur des libertés, nous ne le sommes pas car la société gomme notre personnalité et nous empêche de vivre notre conception du bonheur sans être montré du doigt.

En regardant de plus loin, on voit mieux le tableau et on se libère du regard de ces autres. On apprend à savoir qui on est et à l’assumer nous permettant alors de connaitre mieux ce qui est source de bonheur pour nous.

 

 

 

 

Publicités

2 réponses sur « Cherchons ailleurs. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s