beef-1884301_960_720

L’idée vient de 96 éleveurs dans la Creuse. Ces derniers souhaitent voir créer un abattoir à Bourganeuf au printemps 2018 qui serait une alternative aux abattoirs industriels. Ils ont lancé une collecte à cet effet.

Plus précisément, les vaches arriveraient par un couloir circulaire jusqu’à la salle d’abattage. Il est prévu que des photos de paysages soient projetées au mur de la salle et que des sons apaisants soient diffusés tout comme des odeurs dites rassurantes pour les animaux… Ceci jusqu’à qu’on leur assène le coup final par le biais d’un robot qui se positionnera dans le dos du bovin. Oui, oui, oui… C’est un beau programme.

Il est assuré que 7 animaux seraient tués par semaine, animaux qui viendraient d’exploitations de moins de 100 kilomètres.

Qu’est ce que j’en pense? Déjà, je ne peux m’empêcher d’être surprise quand je vois les mots « abattoir » et « bien être » assemblés. Pour moi ce sont deux idées tellement antagoniques que j’ai du mal à comprendre le concept. Comment peut-on prétendre prendre soin d’un animal qu’on va tuer?

« L’idée c’est de tromper les animaux et de leur permettre d’entrer dans la tuerie sans être stressés. » Guillaume Betton, PDG de la société Les viandes Paysannes

C’est ce que l’on appelle le welfarisme qui consiste à défendre le bien-être des animaux d’élevage sans remettre en cause l’élevage. Pour être concise , bien sûr c’est mieux, mais je trouve ça hypocrite et insuffisant. Je trouve même que sur le papier, ça ressemble un peu à une blague avec leur spectacle de sons et lumières pour vaches.

Mais ce qui me dérange c’est qu’on pense que le problème est celui de la souffrance animale. Pour moi ce n’est qu’un problème sous-jacent d’un plus gros qui est celui de l’exploitation animale.

Le problème, c’est la main mise des hommes sur les animaux à des fins utilitaires, et cela revient à dire que le problème est le spécisme.

 

beef-2027065_960_720.png

Aujourd’hui si la contestation de la population devient trop forte contre la souffrance animale, les industriels ont le pouvoir d’y remédier sans pour autant cesser l’exploitation. On va leur donner peut être plus d’espace, on va peut être les anesthésier avant de les tuer, ainsi l’animal endormi ne sentira plus la douleur et le problème sera réglé. C’est exactement le genre de proposition que sont en train de nous faire les éleveurs limousins.

Je trouve ce welfarisme dangereux car le consommateur est déculpabilisé de consommer de la viande puisque l’animal n’a pas souffert. Il ne remettra plus en question son choix carniste ignorant tous les autres arguments des antispécistes.

C’est pour cette raison que la souffrance ne doit pas être l’argument principal du débat, à mon sens ce sont davantage les questions environnementales et la question du spécisme en lui-même qui doivent être mises en lumière.

Évidemment ces questions jouent moins sur la corde de la sensibilité que celle de la souffrance animale. Elles appellent davantage à la réflexion qu’à l’émotion. Cela demande également plus de travail d’ordre pédagogique pour que l’opinion publique repense son rapport aux animaux afin de les voir en tant qu’être sensibles, comme nous le sommes.

Cela implique aussi de sensibiliser  davantage l’opinion publique à l’environnement et à l’impact de cette exploitation sur l’environnement. J’en profite pour rappeler que, pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales et plus de 15 400 litres d’eau. Pour répondre à la demande croissante de viande, on doit augmenter la surface des terres cultivées mais on en paye le prix: déforestation, pesticides, destruction des écosystèmes et disparition des espèces animales y habitant…

Oui, cette idée d’abattoir prenant en considération le bien-être est évidemment mieux que ce que l’on connaît déjà, mais ça ne résout pas le vrai problème qui se pose à mes yeux.

Je vous renvoie à un article de Les Questions Composent qui analyse bien le Welfarisme et dont je partage l’opinion.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s