Le second tour des élections législatives approchent et j’aimerai revenir sur la signature d’un arrêté qui n’est pas passé inaperçu!

La ministre de l’écologie Ségolène Royal qui avait déjà signé un arrêté destiné à réglementer les delphinariums  le 3 mai 2017, est allée encore plus loin avec ce nouvel arrêté.

Nous pouvons dire bravo et merci à Madame Royale. C’est assez rare de voir des décisions politique allait à l’encontre de l’intérêt économique du pays pour respecter des intérêt supérieurs comme la condition animale.

Il est évident que des bassins en béton, remplis d’eau chlorée et sans végétation ne sont pas adaptés au comportement naturel de ces animaux, qui y sont nourris avec des poissons morts. Lorsqu’ils sont sauvages les cétacés passent une grande partie de leur temps à chasser des proies vivantes, ce qu’ils ne peuvent pas faire en captivité.

Il n’ y aura plus de nouveau delphinariums en France. C’est l’article 1 de l’arrêté qui créait cette révolution:

« Pour assurer la protection des espèces, améliorer le bien-être et supprimer la souffrance animale, la détention en captivité de spécimens de cétacés est interdite, à l’exception des spécimens de l’espèce Orcinus orca et de l’espèce Tursiops truncatus régulièrement détenus à la date d’entrée en vigueur du présent arrêté au sein d’établissements dûment autorisés sur le territoire national. »

Que retenir de de cet arrêté ?

La reproduction en captivité, c’est fini.

Alors que l’ancien texte l’autorisait, le nouveau interdit reproduction des dauphins et des orques captifs.

Des bassins plus grands et sans chlore

Les bassins devront atteindre une surface minimale de 3 500 m2 pour les orques, et de 2 000 m2 pour les dauphins, contre 800 m2 pour l’ensemble des cétacés dans la législation de 1981. Quant à la profondeur, elle doit au moins atteindre, sur « la moitié de la superficie totale », 11 m pour la première espèce et 6 m pour la seconde.

L’eau devra être assainie sans chlore car c’est un produit agressif pour des animaux notamment pour leur peau et leurs oreilles.

Aussi les installations dans lesquelles sont hébergés les animaux doivent permettre à ceux-ci :

– de s’ébattre et de sauter sans risque de toucher le fond du bassin ;
– de s’isoler du public ou de leurs congénères ;
– d’être isolés en cas de besoin (animaux malades, quarantaine…) ;
– de se soustraire au rayonnement lumineux en cas de fort ensoleillement.

Plus d’interactions avec le public

Les interactions pouvant être très stressantes, il n’y aura plus de contact entre le public et les animaux. Marineland devra donc mettre un terme à ses activités de rencontre avec les dauphin.

Aussi les présentations au public nocturnes sont désormais interdites car les effets lumineux ou sonores peuvent entrainer du stress pour les animaux,

Plus de soigneurs et mieux formés

Les équipes de soigneurs spécialisés devront être suffisamment nombreuses et formées pour améliorer le bien-être des cétacés.
La formation du personnel en contact avec les cétacés est spécifique aux espèces détenues.
L’arrêté impose également qu’avant qu’un nouveau soigneur ne soit mis en contact avec un animal, il doit connaître la biologie et la physiologie de l’espèce et soit supervisé par un soigneur confirmé.

Le transport

Je suis ravie que l’arrêté prévoit des disposition relative au transport car c’est toujours un moment délicat et hautement stressant pour un animal. Il est donc prévu que les transport de cétacés se feront avec un hamac dans une caisse étanche remplie d’eau, ouverte sur le dessus et protégée pour que l’animal ne se blesse pas contre les parois. L’eau devra être à la même température que celle du bassin dont il provient et le transport ne pourra dépasser 24h. Durant el transport, le vétérinaire doit être présent ainsi qu’un soigneur confirmé.

Lutter face à l’ennui

C’est bien d ‘avoir de grand bassin mais si c’est pour s’ennuyer , çà n’est pas suffisant 🙂 Le texte prévoit que les animaux ne doivent pas subir ennui et frustration. Alors chaque établissement est contraint de mener n plan d’enrichissement dans le but d’assurer le bien être des cétacés et de les stimuler.
Un plan d’enrichissement est rédigé et mis en place dans chaque établissement. Son objectif est d’assurer le bien-être des cétacés hébergés par l’apport de stimuli conformes aux besoins spécifiques de l’espèce.
Ce plan d’enrichissement doit par exemple présenté les  stimuli envisagés comme des jeu avec objet, des vagues, de la recherche de nourriture ..

Ne crions pas victoire

Les delphinariums existants ont un délai de six mois pour se conformer au présent arrêté, sauf pour les disposition relatives aux gros travaux d’installations et bassin pour lesquels ils disposent de 3 ans pour se mettre en règle.

Cet arrêté est vraiment un super texte comme on aimerait en voir plus souvent. Il était temps que la France passe à une nouvelle ère plus respectueuse de ces créatures de la mer comme l’ont déjà fait des pays comme la Hongrie ou le Chili!

C’est une très belle bataille qui vient d’être gagné et grâce à la mobilisation ds association qui ont su peser dans le dialogue. Néanmoins encore beaucoup de cétacés sont en captivité et il ne faut pas accepté qu’ils finissent leur vie en captivité et qu’ils continuent de faire l’objet de spectacle débile.

La seconde bataille consisteraient en la reconversion des delphinariums existants.

Aussi, pour être avocate, je sais trop bien comment les choses se font et se défont donc il ne faut rester dans la mobilisation pour que le nouveau gouvernement maintienne le cap.

J’encourage tout le monde à voir ou revoir le documentaire Blackfish et pour plus d’infos sur la captivité des cétacés, à visiter le site de l’association C’est assez!

Publicités

5 réponses sur « Bye Bye les delphinariums »

  1. Il y a peu j’ai lu un reportage de National Geographic sur les dauphins et on se rend compte à quel point ces créatures sont extrêmement intelligentes d’une part et d’autre part extrêmement mal dans les delphinariums…

    J'aime

  2. Dernièrement l’asso One voice a diffusé une image du dauphin femelle Femke qui vit dans les bassins du Parc Asterix. C’est d’une tristesse, elle ne nage pas assez donc est devenu obèse… Cela est aussi du au trop plein de nourriture qu’on leur donne en récompense pour exécuter leur spectacle… Franchement j’espère vraiment que les politiques ne céderons pas sous le poids économique important de ces parcs et conserveront cet arrêté en l’état.

    J'aime

    1. Moi aussi ! Ou alors il faut créer un modèle un peu plus en harmonie… Je vais dire un truc qui sonne très naîf et utopique mais est-ce que ça ne serait pas viable de faire un parc qui se trouverait dans la mer, déjà pour commencer ? Après évidemment ça fait de l’espace en moins pour la pêche et le tourisme…

      J'aime

      1. Non c’est une idée sympa! Je ne sais pas si les gens seraient assez patients pour attendre parfois plusieurs heures qu’une espèce se pointe… Il y a un concept que j’aime bien , ce sont les bateau a vision sous marine. En fait le fond du bateau est vitré ce qui permet de contempler la faune aquatique sans la déranger 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s